Articles

ÉDITORIAL : Villes et communautés durables ?

Les villes nord-américaines, pour pallier court terme aux problèmes du vivre ensemble, ont souvent adopté au fil de leur développement un modèle urbain dit fonctionnel et structurant, c’est-à-dire proposant une séparation distincte entre les différentes fonctions des quartiers. Au fil des années, cette structure urbaine a notamment participé à l’étalement urbain, à l’allongement des circuits de distribution et à la prolifération de la voiture comme seul modèle de transport viable (1). Aujourd’hui, de nombreux problèmes se posent quant à l’interaction de plus en plus inégale entre villes et ruralités ainsi que sur la capacité des communautés urbaines à se renouveler sans porter préjudice à l’environnement et aux communautés périphériques. Le défi qui nous attend, donc, est de repenser la fonctionnalité de la ville afin de réhabiliter un modèle urbain permettant de rattacher l’ensemble des besoins des communautés à des circuits courts et de réintégrer dans un même lieu les quatre grands pôles de la vie urbaine, soit Habiter, Travailler, Circuler et Recréer (1)
Alors que se brouillent les distinctions entre ville et campagne, entre sphère publique et privée, le débat sur le développement durable de nos communautés nous permet de reconsidérer les modes de développement sous l’angle de leur impact environnemental et social et de tenter de concilier la notion de limite avec celle d’un développement socio-économique laissant la place au changement (2). Or, des exemples comme celui de la ville de Québec, où peinent à se mettre en place de façon consensuelle des projets de transport structurant, nous montrent l’étonnante difficulté d’un retournement des mentalités et nous prouvent l’importance de la recherche scientifique à la fois dans la compréhension des dynamiques sociales à l’œuvre et dans l’élaboration de solutions novatrices aux enjeux tant urbains que ruraux. C’est précisément dans cette optique que ce cadre la présente édition du journal.
À travers son dossier spécial portant sur l’Objectif de Développement Durable (ODD) #11 « Villes et communautés durables » puis sa section varia, cette quinzième édition de L’interdisciplinaire s’intéresse donc à la question de savoir comment faire évoluer villes, ruralités et communautés vers la durabilité et la soutenabilité écologique. Adoptant à la fois une posture critique et des propositions innovantes, les articles rassemblés dans ce numéro soulèvent le problème du vivre ensemble et se penchent, à leur manière, sur les enjeux de l’expansion des communautés humaines dans une perspective de crise écologique majeure. 
Le dossier spécial qui vous est proposé dans les pages suivantes regroupe des réflexions sur l’architecture hybride comme moyen efficace d’adapter l’architecture traditionnelle aux besoins contemporains (Philippe Lalande); les ruelles vertes de Limoilou comme outil dynamique de développement durable et espace de socialisation (Mikael Scattolin); la gestion de l’image par les groupes d’intérêts comme facteur compromettant du développement durable (Olivier Bernard, Roxane Lavoie); la complémentarité possible entre développement et préservation de terres patrimoniales dans un contexte d’agriculture urbaine (Riadh Mestiri, Mikael Scattolin); et les paradoxes du développement durable et du développement régional sous la logique capitaliste (François Desjardins). Finalement, nous vous proposons dans notre section varia la vulgarisation d’une recherche scientifique portant sur le développement de bactéries probiotiques comme solution potentielle à la perturbation des abeilles par les pesticides de la classe des néonicotinoïdes (Sarah El Khoury). 


Références

(1)    Van der Wusten, H., 2016. La ville fonctionnelle et les modèles urbains qui lui ont succédé : Exemples d’une pratique politique en train de se globaliser. ÉchoGéo, 36, 1-15.
(2)    Godard, O., 1996. Le développement durable et le devenir des villes : bonnes intentions et fausses bonnes idées. Futuribles, 209, 29-35.